Disle sex

Sentant le danger, Jacques Chirac, qui avait initialement prévu de se tenir au-dessus de la mêlée, s'engage fermement en faisant sien le texte proposé par un des jeunes parlementaires qui lui est resté fidèle, Alain Juppé.Finalement, le courant Pasqua-Séguin obtient 31,68 % des voix lors des assises du RPR au Bourget, le , puisque Charles Pasqua et Philippe Séguin font tous deux campagne pour le « non » tandis que Jacques Chirac ou encore Édouard Balladur s'engagent fermement pour le « oui ».Le de la même année, les assises extraordinaires de Villepinte adoptent à 86,5 % la dissolution du RPR au sein de l'UMP, nouveau parti dont les assises fondatrices - qui lui donnent le nom d'Union pour un mouvement populaire - ont lieu le .L'Union des jeunes pour le progrès (UJP, fondée en 1965) et l'Union des étudiants pour le progrès (UEP) ont tout d'abord constitué les mouvements de jeunesse des mouvements gaullistes successifs, avant que ne soient créés Les Jeunes du RPR, dont l'un des premiers responsables nationaux fut Nicolas Sarkozy (voir Jeunes Populaires).Parmi les principales tendances qui divisent le RPR durant les années 1990 figurent : En 1990, le RPR, lors de ses états généraux et auxquels participent Alain Juppé, Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, François Bayrou ou encore Nicolas Sarkozy, propose notamment sur le sujet de l'immigration la .

Disle sex-76Disle sex-42Disle sex-42Disle sex-14

Ils ambitionnent alors de présenter une liste unique d'opposition aux élections européennes de .Ils sont notamment rejoints dans leur démarche par Franck Borotra, Élisabeth Hubert, Jean de Boishue ou Jacques Kosciusko-Morizet.Tous défendent une ligne souverainiste sur les questions européennes et se revendiquent d'une position authentiquement gaulliste.Il reçoit le soutien d'une grande partie des trentenaires et « quadra » du parti tels Nicolas Sarkozy (son porte-parole de campagne), François Fillon, Patrick Devedjian ou Dominique Perben, mais aussi de Charles Pasqua.Pour sa part, outre les « chiraquiens » qui lui sont restés fidèles (Alain Juppé, Jacques Toubon, Bernard Pons, entre autres), Jacques Chirac est rallié par Philippe Séguin qui inspire en grande partie son discours sur la fracture sociale.

Leave a Reply